Randonnée depuis la mythique plage de Bondi & le festival « Sculpture by the sea »

samedi 8 novembre 2014
par  Ingrid Gaudin

Comme tous les matins, on prend le ferry comme le métro. Puis pour Bondi ce jour-là, un bus direct pour nous prendre vers ce joyau de station balnéaire, là où Margaret Lewis, notre Australienne fétiche dans le Tarn, faisait son jogging et plongeait dans la piscine d’eau de mer.

En arrivant, nous avons cherché les gravures aborigènes tout au nord de la plage. Personne n’en connaissait l’existence ! Puis notre plan indiquait qu’elles étaient dans le golf au milieu de maisons cossues. Le cuisiner du golf faisant griller des saucisses de bon matin, nous a gentiment invités à traverser le terrain de golf pour les admirer : des poissons, des requins, des pas d’hommes au sol.

La randonnée fut d’une exceptionnelle beauté : une succession de plages et de criques (« coves »), des falaises s’enchaînant aux plages de sable fin… Puis, comme prévu, le grand festival « Sculpture by the sea » nous surprit : des statues et sculptures sorties de la végétation, un musée en plein air. Nous vîmes d’étranges formes, des fourmis en papier mâché et des vierges en bois, des barres de verre transparentes et des cercles dont le rouge vif contrastait avec le bleu du ciel… Un émerveillement !

Tamarama Beach : pique-nique, mais pas de baignade car réputée comme très dangereuse à cause de forts contre-courants. Détente, sieste sur la plage… Regardez les photos. Cette fois, pas trop d’oiseaux voleurs de saucisses, comme au barrage de Manly – Rémi B. a été victime d’un gros corbeau à blanc… (bizarre, n’est-ce pas ?) qui est venu dérober en un éclair une saucisse grillée en laissant le pain – très fine bouche l’animal !

Avant de repartir, nous avons pris un caillou pour nos 3 collègues de SVT. Les nuages arrivèrent, et du coup, la rando de 6 km fut raccourcie et nous primes le bus vers Bondi Junction. Avant de prendre une liaison, on rechargea tous nos titres de transport Opale. L’orage fut évité de justesse.