L’Irlande historique (2) : la Sainte Croix du Christ dans une abbaye cistercienne

mercredi 4 mai 2016
par  Ingrid Gaudin

La plus ancienne abbaye de toute la verte république.

Malachy l’Irlandais était un ami de St Bernard de Clervaux, fondateur de l’ordre cistercien qui fonda l’abbaye. Pour comprendre le nom de cet ensemble, il faut remonter à un précieux don d’une reine : un morceau de la Sainte Croix du Christ, offert par Éléonore d’Aquitaine pour les Anglais, Aliénor d’Aquitaine pour les Français.


L’une des plus riches et puissantes monarques d’Europe au XII° siècle, reine de France puis ensuite d’Angleterre quand elle épousa en secondes noces le roi Henry II Plantagenêt. Leur fils Richard (futur roi Richard I pour les Anglais, ou Cœur de Lion pour les Français), de retour de la Troisième Croisade à Jérusalem fut pris prisonnier en Autriche. Il serait libéré contre une lourde rançon équivalente à 2 ans de recettes du Royaume d’ Angleterre…


Sa mère rassembla difficilement cette somme, notamment grâce à la générosité de la très riche famille BUTLER (célèbre dans tout le comté Tipperary, y compris à Nenagh où nos lycées se trouvent : ils y fondèrent le château de la ville).

En reconnaissance, Aliénor fit don d’un morceau de la Sainte Croix du Christ, et contribua ainsi à créer un des hauts lieux de pèlerinage d’Europe, au même titre que Saint Jacques à Compostelle. Incroyable mais vrai !

Comme il n’est pas rare de voir des charters de Knox Airport (au nord de Galway) en liaison directe avec Lourdes. Pour dire la ferveur, encore présente, de ce peuple qui connut les tribulations et parfois la férocité des Britanniques...

Pour ne citer qu’un exemple symptomatique étudié avec nos Terminales dans le film Michael Collins : 21 novembre 1920, des chars de l’armée britannique entrent dans le stade de Croke Park et se mettent à tirer sur le peuple irlandais, sur les joueurs de football gaélique... en représailles à la guerilla urbaine menée par Collins et ses troupes. Ce jour resta dans les mémoires comme le BLOODY SUNDAY (dimanche ensanglanté)... chanson de U2 !

Sauf que U2 rendait hommage à d’autres victimes, la plupart âgées de moins de 19 ans. En 1972, à Derry en Irlande du Nord, des policiers britanniques tirent sur la foule d’une marche pacifique engagée dans le combat des droits civiques des Irlandais du nord catholiques, victimes d’importantes discriminations sociales, économiques, politiques. Il fallut 30 ans de procès pour que l’armée britannique reconnaisse ses torts...